Home ORL Hopital Beni-Messous Les tumeurs du cou
 
Bannière
Les tumeurs du cou Imprimer
Note des utilisateurs: / 12
MauvaisTrès bien 
Écrit par Beni-Messous   
Mardi, 11 Mai 2010 04:45



Les tumeurs du cou

 

 

I. INTRODUCTION :

Les tumeurs cervicales sont toutes les tumeurs qui se développent au dépens des éléments : vasculaires, nerveux, glandulaires (thyroide, glandes salivaires) du cou, ou de reliquats embryonnaires.

L’interrogatoire, les données de l’examen clinique (siége de la tumeur++) orientent considérablement vers l’origine de cette tumeur, sa nature exacte étant confirmée par les examens paracliniques.

 

Le cou est schématiquement divisé en trois régions : une médiane et deux latérales.

La région médiane est subdivisée par rapport à l’os hyoide en : région sus-hyoidienne et sous hyoidienne .

 

II. TUMEURS CERVICALES MEDIANES :

 

• Kyste dermoide :

C’est un reliquat embryonnaire d’origine ectodermique, il se présente sous forme d’une tuméfaction molle, mobile, indolore, de volume variable, de siége souvent sus-hyoidien.

Le diagnostic est affirmé par l’examen histologique de ce kyste.

 

• Kyste du tractus thyréoglosse :

C’est une tumeur développée au dépens d’un reliquat embryonnaire : le canal thyroidien inducteur de la portion médiane du corps thyroide : canal de Bochdalek. Elle est de consistance ferme, bien limitée, indolore en l’absence de surinfection, et ascensionne à la protraction de la langue.

La ponction cytologique est évocatrice (liquide mucoide riche en cristaux de cholesterine) ; le diagnostic est affirmé par l’étude histologique de la pièce opératoire emportant le kyste avec l’os hyoide pour éviter les récidives.

 

• Nodule thyroïdien :

Tuméfaction se développant au dépens du parenchyme thyroidien , de volume variable , mobile à la déglutition , l’échographie et la cytoponction confirment l’origine thyroidienne , la nature histologique étant confirmée par examen  de la pièce opératoire.

 

 

III. TUMEURS CERVICALES LATERALES :

 

• Kyste amygdaloide :

C’est un reliquat embryonnaire  d’origine ectoblastique, il se présente sous forme d’une tuméfaction latéro-cervicale située en arrière de la corne de l’os hyoide sous le bord antérieur du streno-cleido-mastoidien, elle est de consistance molle, de volume variable. La cytoponction retire un liquide visqueux, épais ; le diagnostic de certitude est histologique.

 

• Lymphangiome kystique :

C’est une dysembryoplasie bénigne portant sur le système lymphatique, de siége souvent cervical (triangle postéro-inferieur ). La tuméfaction est polylobée, molle, déprèssible , indolore, pouvant donner des signes de compression (dyspnée, dysphagie, dysphonie) lorsqu’elle est volumineuse.

La cytoponction retire un liquide d’aspect variable, l’échographie retrouve une masse kystique cloisonnée, le traitement consiste en l’éxèrése chirurgicale par cervicotomie.

 

 

• Tumeurs vasculaires :

- Anévrysme artériel : tumeur battante, expansive, réductible, de consistance élastique, mobile uniquement transversalement, l’auscultation retrouve un souffle systolique.

L’artériographie confirme la nature vasculaire de la tumeur.

 

- Tumeur du corpuscule carotidien : c’est une tumeur bénigne développée au dépens du corpuscule carotidien , d’évolution lente , de consistance élastique , indolore, s’accompagnant parfois d’accès douloureux spontanés ou provoqués par le bâillement ou la déglutition , l’artériographie confirme la nature vasculaire ;le traitement est chirurgical après embolisation.

 

• Tumeurs nerveuses :

Ce sont les tumeurs développées au dépens des fibres nerveuses ou des ganglions cerebro-spinaux : schwannome, sympathome, neurofibrome. Elles sont de consistance ferme, bien limitées, mobilisables transversalement, parfois à développement parapharyngé.

Le diagnostic est affirmé par l’examen histologique de la pièce opératoire.

 

• Tumeurs aériques :

- Diverticule oesophagien : tuméfaction basi-cervicale , augmentant de volume lors des repas ,qui disparaît lors de la compression ou après régurgitations .s’accompagne de dysphagie .

Elle est mise en évidence par le TOGD.

 

- Laryngocéle externe : dilatation aérique du saccule (orifice au niveau du toit du ventricule) faisant hernie à travers la membrane thyro-hyoidienne. La tuméfaction est molle, réductible, expansive au valsalva, s’accompagnant de bruits hydro-aériques. La TDM objective une masse aérique occupant le larynx.

 

• Tumeurs salivaires :

se développant au dépens du pole inférieur de la parotide ou du pole postérieur de la glande sous-mandibulaire. Leurs nature histologique est diverse : adénome pléomorphe , cystadénolymphome , cylindrome.


Mise à jour le Mardi, 11 Mai 2010 05:19